11/10/2012

t'as cru qu'j'étais mourru

 

 

Ce matin, j'étais en galère de clopes... je suis sortie en acheter au Paki du coin dans une tenue de clocharde... Une vraie baraki force trois mille de Charlewé, que si j'savais que personne ne lit ce billet (évidemment, i know...vous êtes 4317 à être connectés...) je rajouterais bien un p'tit « mes couilles ti » tellement je me suis faite peur...

J'ai failli décéder, c'était comme un signe. Fallait obligatoirement et urgemment que je poste un billet, agrémenté d'une photo. Pour que tu juges, cher lecteur assidu, de la dégaine de miséreuse!

photo septembre 011.jpg

Alors bon. Passons.

Maintenant que j'y suis, je vais régler quelques comptes. Si. Si. Attends. Ça pue la trahison mon frère. Exactement. En cause: mes bitches. Oui, mes copines qui disent: « Pas d'arêtes dans le bifteck »...T'imagines, lecteur compatissant, le hight level de la feinte qu'elle peuvent parfois atteindre ces deux meufs? Faut du courage, du courach même... Je fais une cure d'Oméga 3, juste pour disposer d'assez de concentration quand je les vois.

Ces... conasses... désolée, mais tu m'connais...sous-entendent que mon dernier achat, un magnifique jeans taille 28/30 qui me sublime le cul que t'en crèverais, n'est, en réalité, pas un 28/30. Fronce le sourcil et capte le cheminement pervers de ces vieilles jalouses..hein. Alors quoi... Mon cul rentre pas dans un 28/30???Hein Mesdames?*$!!

J'ai des témoins de moralité, bande de vicieuses, du lourd, des femmes de flics... oui, je sais, elles n'ont pas prêté serment, elles, mais bon, je trouvais que ça en jetait... Et j'ai même une photo de la pièce à conviction qui sèche. Ensuite, bande de vipères malodorantes, quand vous m'verrez avec mon beau jeans qui ma couté un avant-bras, vous deviendrez lesbiennes. OK. On parie?

photo septembre 013.jpg

Te jure.

Après toutes ces considérations hautement philosophiques, je me suis mise à bosser. J'ai rempli cette foutue déclaration trimestrielle de TVA. Ce qui paraît simple, comme ça. Mais avant, j'ai du ranger mes papiers. Trier. Compartimenter vie privée et vie professionnelle. Archiver. Ça m'a pris deux heures. Et voilà le résultat... J'en ai oublié de bouffer. Il est quinze heures.

 

photo septembre 014.jpg

Elle est floue, je sais...pour pas que tu lises tout kes'ke j'avais écrit...

Allez, les vilains, tout de bon!

 

16:19 Écrit par Tout de bon! | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : levis, bruxelles, copines, meuf, cul, journal, pluche |  Facebook |

05/06/2010

Le soufflé retombe....

Bon, y a Roland Garros, les matchs amicaux d'avant la coupe du monde, le sport, le vrai, celui où je transpire, les copines, les terrasses et le soleil. Alors, oui, j'avoue, je me la traîne un chouïa, écris peu. J'avoue, m'a fallu un peu de temps pour me remettre de ma tite fiesta. J'avoue, suis fainéante... Ben ouais. Voilà. Ne me jugez pas. Je suis une chic fille, ai d'ailleurs pris de nouvelles résolutions, pour entamer ma 31ème année avec classe. En gros, ne rien changer, sauf quelques gros mots et caprices supplémentaires... oui, j'ai remarqué, ces derniers jours,  une tendance suicidaire à m'auto-censurer... Genre, à remplacer le 'Et mon cul, c'est du beurre, conard?' par un poli et respectable 'De qui se moque-t-on, chers confrères?'. Honte à moi... I Know my friend. (Je speak english pour ajouter une note dramatique à mon billet, imagine, sur un quai de gare, I know my friend... y a pas de chaussures là où je vais, non, ne pleure pas, je serai forte!.... Prie pour moi, bye my dear friend....) Mon ton incisif et ma spontanéité sont parfois coincés dans un futal bien trop serrant. Et on le sait toutes, le froc trop juste augmente la température et tue la création. C'est scientifiquement prouvé. Oui madame! Les espaces de liberté se font rares. Parfaitement. Posture professionnelle, respect de la famille, le politiquement correct me gagne et m'étouffe. Le formatage barbie n'aura pas raison de moi. Putain bordel fais chier. J'enclenche rapidement le mode 'grinchage 666', prend mon médoc contre la bienveillance et te promets, my friend, que dès cet après-midi, ça va chier dans le ventillo. Pluche's back! Te jure.

09:21 Écrit par Tout de bon! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pluche |  Facebook |

29/05/2010

Pour reprendre K'rim... Le jour de Pluche!

Confidences pour confidences. A la presque veille de mon terrible birthday numéro 31, j'ai mis du rouge sur mes petits ongles. Je me suis, à nouveau, teint les cheveux en roux. Léger, le roux. Trop léger. Après trois tentatives infructueuses chez Mimosa pour me les couper... Ben, oui, à chaque fois, je me dis: « Non, les cheveux longs, c'est trop sexy, un carré c'est monotone.... » Et rebrousse chemin avec la même tête qu'à l'arrivée. Toutefois, supportant difficilement cette monotonie capillaire, pas du tout en adéquation avec ma vie, je me suis lancée pour une teinture. Qui a, de plus, le grand privilège de couvrir ses légers gris parsemés ici et là. Surtout là. Me sens un peu plus en mode lionne. Enfin. Ce soir, c'est la party de Pluche, avec les vilains et les vilaines, vodka et dancefloor.... Me reste à me foutre sous la douche, maquillage, habillage, et passer sous un pschit de parfum. Avec mes nouveaux cheveux roux. Putain. Je vais avoir 31 ans. Carrément. Quand j'étais petite, les femmes de plus de trente ans me paraissaient tellement... rangées. Pas du genre à téléphoner à toute la Belgique en cas d'ivresse, à prendre ses désirs pour des réalités, à danser sur les bars... A faire le ménage en jogging et talons aiguilles, chanter du Madonna dans la télécommande comme si quatre cent mille personnes assistaient à un show privé! J'imaginais pas qu'elles faisaient cela, les femmes qui avaient trente ans à l'époque. Et je pensais pas qu'elles parlaient à leurs chaussures, ces femmes-là. A moins que... Toujours cette impression et cette nécessité d'appeler ma tite maman pour la cuisson al dente des courgettes, un truc et astuce pour retrouver l'émail blanc de la cuvette des chiottes ou encore la localisation du lave glace pour y ajouter de l'eau. Pas l'impression d'être rangée ni d'avoir REELEMENT ces putains de trente et un ans.... Toujours cette image de moi, identique depuis l'adolescence. Alors, je m'en fous un peu de cet anniversaire, suis pas encore prête à assumer le poids des années et ce qui va avec, soi-disant. Disent-ils. Ce soir, ce sera une occasion de plus pour un pompidup de toute grande excellence avec la vilainerie au complet, que mon annif a eu l'avantage de réunir dans un même lieu! On est pas bien là? Reposé du gland! A pluche les fous. Le 31 mai, j'aurais 31 ans, pas toutes mes dents, mais la folie de la bête est intacte!

 

 

18:28 Écrit par Tout de bon! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pluche |  Facebook |

27/05/2010

Hommage à Oscar.

Y a des armes de destruction massive méconnues. Si si. Réfléchis un peu. La vodka fraise. Par exemple. Le découvert sur ton compte courant. Oui. Les moyens de communications rapides, internet, le portable, et tous ces trucs. Encore. Tes envies, les frustrations, la mauvaise humeur ou la dérision. Souvent. Les chaussures, les magasins ouverts le dimanche. Toujours. Le bonheur des uns et le malheur des autres. Ça arrive aussi. Parfois l'impression de surfer les dangereuses vagues de millions de tsunamis cachés à chaque recoin de mon quotidien. La vie me surprend pas mal, le matin, je me sens comme une putain de funambule, avec ses petites ironies à chaque centimètre de fil avalé. C'est assez motivant. Ça me fait beaucoup délirer. Ai fait péter le record du monde de gros mots aujourd'hui. Ouais, confrontée de pleine face à la pire des armes secrètes, les autres. Les autres, au boulot. Détruite, je suis. Heureusement, avais rendez-vous avec avec la dérision en fin d'après-midi, 'conduite sur trois roues', journal permissif récapitulation de l'histoire pour les absents, la main et l'autre main, des histoires de bouton caché et de temps qui passe... Mes copines quoi. Mon lait russe. Ma terrasse de café pourrie. Jeanine. Tout le monde était au rendez-vous, et ça, contre les attaques sournoises des petits, c'est le meilleur des remèdes. J'vous love, j'vous flashe les pétasses! Hé... Big up, hein!

23:31 Écrit par Tout de bon! dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : pluche |  Facebook |

08/03/2010

Les yeux ouverts!

Je glisse dangereusement vers une nouvelle période insomniaque. Me v'là, à pas d'heures, devant mon ordi, alors que le réveil sonnera très bientôt! Quand je suis dans cet état d'entre deux, je pense souvent à « Coffee and cigarettes » ce temps à rallonge dédié aux riens qui deviennent tout. Puis aussi parce que j'écris dans le noir, et que le mouvement de la fumée de la clope me plonge dans de cet excellent film. C'est un des côtés que j'adore dans la clope, la fumée qui s'élève, malheureusement. Addiction. Quand j'ai commencé à cloper, c'était la guerre à la maison. Je remontais discrètement le volet de ma chambre, ouvrait la fenêtre, m'asseyais sur le rebord, jambes dans le vide, et regardais le fumée qui s'échappait en formes incertaines. Pensant secrètement qu'elle emporterait dans sa danse les soucis de la baraque. J'ai commencé à fumer des joints avant de fumer des clopes, alors, je t'avoue que les tracas avaient un peu tendance à disparaître dans l'air de la nuit! Quinze ans plus tard, je me retrouve à taper le clavier dans le noir, et les mêmes questions m'animent. Je me laisse toujours hypnotiser pour la combustion d'un tabac 'juste tabac'... Allez, vais me pieuter et tenter de gratter honorablement quelques heures de sommeil!

02:48 Écrit par Tout de bon! dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pluche |  Facebook |