29/05/2013

Hep!

Ecoute, ne me fais pas la gueule Lecteur. Allez dis, t’es soupe au lait quand même. Tu crois je fais rien dans ma vie ? Hein ? Tu crois ça va vite le matin pour m’habiller ? Ben non. Ca prend des plombes. J’ai rien à me mettre. Tu crois je cogite pas trois heures le soir pour voir si je fais à manger ou pas. Ou pas. Parfaitement, et j’y ai bien réfléchi. Trois heures (genre si tu suis pas, tu sors, parce que bon, hein). Tu crois j’attends pas toute la semaine le dernier épisode de « The Big Bang Theory »  en pleurant... pour rire enfin dans ce monde pluvieux ? Je pleure Lecteur. Et j’ai pas le temps d’écrire. Au vu des explications et exemples détaillés de mes préoccupations journalières ci-dessus, genre, je suis presque en burn-out. Tu m’excuseras. J’vais écrire un post en « vrac » pour combler le retard…

Alors, bonne nouvelle, je glisse dans tous mes frocs d’été. Mais large. Tenter de faire un gosse me fait maigrir. Je précise rien d’autre, comme cela, tu t’imagineras des millions de trucs salaces. Tu remarqueras que je n’ai, malheureusement, pas encore banni les mots truc, chose et machin de mon vocabulaire. Voilà. Maintenant, tu peux illuminer ta tronche d’un large sourire.  En effet, la  « Loi de la Vexation Universelle » me frappe de plein fouet. Je suis au sol, je me tords de douleur, je décède lentement. Pour une fois, putain, que je dois pas faire régime pour rentrer dans mes fringues d’été, pour une fois… ben y a pas d’été.

Je suis allée au Luxembourg. A l’étranger quoi. Et quand on est pas en Belgique, Luv Coloc de mon cœur accepte de faire du shopping avec myself. Là-bas, dans cette ville aseptisée, customisée de caméras vidéos tous les cinq cent mètres, y avait un magasin…de chaussures…tu devineras jamais, si allez devine (non, c’est toi raccroche)… Mais oui, Louboutin, Rossi et Jimmy. Ben tellement je voulais bien reluquer les modèles de près, je m’suis cognée le front sur la vitrine (oui, j’aurais pu entrer dans le magasin, je sais, j’suis con). J’ai découvert un truc formidable, même après treize ans de vie commune, j’étais toute émue de me taper la honte devant Luv Coloc. La vie quotidienne « pipi porte ouverte et pijama pilou » n’a pas encore eu raison de tout !

Les articles alarmistes sur l’épilation intégrale du maillot ont déclenchés une remise en question, voire une crise existentielle, dans ma gestion pileuse. Je sais plus quoi faire de mon pubis. Je sais, c’est balancé comme ça, t’étais pas préparé… j’ai dit news en vrac, c’est news en vrac.

Je traverse, pour ne pas changer, une période d’insomnie virulente. J’attends patiemment de plonger, pendant trois jours, dans un sommeil de princesse réparateur. Avec des boucles dans les cheveux, une robe en dentelle, les mains croisées sur le ventre, sans ronfler. Si c’était possible, quand je me réveille, j’aimerais avoir gagné au Lotto.

 

Sinon, pour du vrai, je bosse sur mes fauteuils, je prépare mes exams, je passe mes examens, je suis en coaching pour accepter mes trente-quatre ans, et je prépare ma déclaration d’impôts.  Kif, love & flash les cheveux propres les vilains !





Les commentaires sont fermés.