15/11/2012

moi, future mère indigne...

 

Je pense sincèrement que la gynèco qui nous a reçus aujourd'hui va pourrait le penser. Moi, j'organise, je gère, mes affaires et celles de mon Lui... J'ai un agenda, je note. Je suis sincère, je reporte les tâches inaccomplies parce que j'ai regardé des épisodes"The Big Bang Theory"je suis over méga bookée dans ma vie. Quelques uns de mes amis proches te diront que je suis une psychorigide de première classe que t'en crèverais de jalousie devant tant d'ampleur. Et de perfection. Et de mauvaise foi.... Quand cette femme a dit, dans le texte: "Ben on peut tout à fait commencer la procédure de fécondation dès demain, première écho, j'appelle mes infirmières". Toutes les personnes du monde qui étaient en train de crier (et y a du monde au balcon, Gaza, Syrie, femmes battues, mari trompé, mon frère qui râle sur un chauffard, et j'en passe) se sont retrouvées dans ma tête. Un boucan, un poids... Elle est complètement dingue ou quoi? Tu crois que moi, qui ai planifié une journée à l'atelier demain, je vais changer tout ça pour aller faire une écho, avoir mal, grossir, ne plus savoir quoi faire de mes nichons, m'engueuler avec mon mec, avoir envie de fraises en février... Genre moi, c'est tout ça que je vois quand on me dit première écho. Même si la bonne dame a bien précisé 40% de réussite pour une première fécondation. Non, Madame, on commence pas demain. C'est pas possible. Je vais décéder, arrête de dire des trucs comme çà là, trouve-moi un sac que je souffle dedans. Bordel.

Faut que je la visualise ta procédure là. Que j'en cause en assemblée générale avec mon club de biatches, que j'en discute avec ma mom's, que je me prenne la tête dialogue avec mon Lui, que je surfe sur le net. QUE JE LE NOTE DANS MON AGENDA.

Donc, quand mon docteur faiseur de bébé a posé la question (que je t'ai notée plus haut, faut suivre bordel), je lui ai pas simplement dis non. Nooooon, j'ai pas fait ça. J'ai presque dit tout ce que je viens de t'écrire. Ouais. J'ai dit que j'avais un truc à faire demain. Que je voulais pas trop grossir pour les fêtes. Si, si, j'ai dit ça. Il me semble que j'ai même sous-entendu que pour sortir le weekend, on le (le futur bébé donc) mettra chez ma belle-sœur, elle nous doit bien ça...La doc spécialisée des ovocytes, à l'instant même, doit raconter à son conjoint comment ça lui casse des couilles de dépenser son temps et l'argent du contribuable pour inséminer des meufs qui veulent pas gosses... Mais Madame C. j'en veux trop des gosses moi, je veux trop rajouter des têtes à la maison que je pourrais psychoser, je te jure, une vraie envie, une volonté pure, carrément. C'est juste qu'il faut pas me faire des plans "on commence demain" . Non, moi, je peux pas. Il me faut du temps. Au moins une semaine. Bon, là, ce sera deux mois. Ben voilà. Deux mois, c'est juste le bon timing pour que je m'y fasse. Dans le cadre des procréations médicalement assistées... ce que je trouve de terrible, c'est cette façon de programmer ta misère. Allez, le 18, on m'engrosse, le 18 d'après, je gerbe, le 18 suivant je m'achète un pantalon taille 42! Super! Fais péter le champagne Champomy!! Faut reconnaître, mon Lui et moi, on a pas pour habitude de construire notre histoire simplement. Cinq ans pour s'aimer, huit pour se marier, trois pour acheter une voiture...deux mois pour acheter un appart... Bon. Parfois on est lent (parce que je dois tout programmer, voilà, t'as tout compris comment ça fonctionne!)

Demain, je pourrai aller à l'atelier. Oui, même si je suis coincée du dos. Je l'ai noté. J'y vais. OK?

23:02 Écrit par Tout de bon! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bébé, fiv, gynéco, grossesse, agenda |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.