19/09/2011

DTC

Ouais. Carrément. Et même, dans mon cul à moi, pas dans le tien. En fait. D’ailleurs, permettez-moi de diffuser cette dépêche expresse : « Y a plus de place dans mon cul, frère, va chercher la misère ailleurs, on est salle comble question problèmes et petites enculades en tout genre ». Sérieux, vieux, t’imagine même pas comme je manque cruellement de chance en ces temps refroidis. Je suis carrément pas en phase. Si. Je te jure. J’arrive toujours en deuxième position (la demande de congé, la baguette chez le boulanger, la promotion de la semaine,…) Le type juste avant là, au timing plus serré, me chourave toujours ce qui semblait me revenir de droit. Bon. Ensuite, je fais des choix pourris. Ah, complètement. De la bonne pourriture bien verte avec limite un truc qui grouille. Je choisi la formation qui donne droit à aucun congé éducation. Sa mère. Le ministère de l’emploi l’a tout simplement exclue quoi. Voilà. Bon. Débrouille-toi fillette pour honorer ton quota d’heures de stage pratique, j’ai envie de dire. Hein ?! Je bosse dans une asbl qui, oh grand hasard de la poisse ambiante qui régit ma vie… ne compte pas assez d’employés pour obliger mon employeur à accepter une interruption de carrière… Un de plus dans cette putain d’équipe et c’est caisse. UN de plus. Ma vie est déroutée, déboutée, défaillante à UN près. Alors, bon, comment t’expliquer. Pour quelqu’un qui préfère la première place, la médaille d’or, les meilleurs points ou… rien. Rien. Je préfère rien. J’ai juste envie de crier, mais à un décibel près… ça sort pas. Putain. La petite pisseuse qui se joue de moi ferait bien de se méfier, le vaudou c’est pas bon, c’est pas bien, et c’est connu. Ca va se retourner contre-toi cette merde. Cesse. Cesse ou mon frère va te taper. Merci. Donc. A la lecture de cette note, je suis persuadée que, premièrement, seuls des hommes lisent mon blog. Et, deuxièmement, que mon manque de chance est provoqué par une fille (ben, grande et mince quoi parce que si en plus elle est moche et a des chaussures pourries, laisse tomber…). Qui a dit, tout bas, que j’étais borderline ? Qui ?

18:37 Écrit par Tout de bon! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.