14/04/2011

Si ça me plaît...

 

Ou pas. Lors d'une conversation avec un pote, je me suis entendue lui dire: «Tu lui gueules dessus, des fois, sur ta meuf. Parce que, des fois, quand je pousse le bouchon un peu loin dans le caprice, mon Lui, il me gueule un bon coup dessus, et là, je sais que c'est sérieux, j'ai déconné grave, je suis au top de l'échelle de la chieuse. Reste plus qu' à en descendre. Vite. » Alors bon, bien que je me tape dix mille formations sur la « bonne manière » de communiquer, que je prenne une chiée flottante de notes...persuadée que ce que le formateur vient d'aborder pourra décemment, un jour, sauver mon mariage...Oui. Je vais loin quand je suis en formation, c'est comme une thérapie pour moi. Payée par mon employeur. Je m'inscris essentiellement aux formations qui vont aborder des sujets comme la gestion de conflits (je pourrai toujours appliquer les formules magiques à mes propres conflits intérieurs...), la communication « non-violente » (comme ça, je pourrai arrêter de balancer ce que j'ai en main, un marteau, ou une foreuse ou bien encore un couteau, vers la personne qui vient de me contredire... A méditer...avant de me contredire...), la médiation (intervenir avec mandat entre mon moi gentil et mon moi pas gentil pour tenter de sauver ce qu'il me reste de bon sens... par exemple) et comment gérer son projet (si tu changes un mot, ça devient comment gérer mon couple, mes colères, mon compte en banque, mon addiction aux talons aiguilles, à la nicotine, et à la vodka...). Faut admettre, après la liste que je viens de vous taper, que je donne vraiment des conseils à la con à mes potes. Mais que nenni, y faut pas gueuler sur sa femme. Même si c'est une casse-couilles. Non. Il faut dire: « Ton comportement me rend triste, je ne me sens pas reconnu, ni écouté. Cette situation insatisfaisante que nous traversons a un impact négatif sur mon moral. » Voilà. En théorie. Sauf qu'avec ce genre d'engueulades, pas sure que tu tires le coup de la réconciliation. C'est vraiment pas sexy. Être moral ou succomber à la tentation de la folie? That's the question... Malgré la formation continue que je m'impose pour devenir un peu moins moi (c'est-à-dire...devenir presque normale), j'avoue que mon choix se porte plus vers la deuxième proposition. Sérieux. Je trouve que c'est important de bien s'engueuler. Crier un bon coup, casser des trucs...parfois en balancer sur les murs..Si, j'ai déjà fait ça. Une bouteille de coca, et mon téléphone. Te jure. Parce que si ça reste en toi, tous ces trucs pourris là, c'est trop la merde. Faut que ça sorte. La vie est trop courte, pour bien la vivre, en profiter, il faut dormir. Me retenir de péter un câble, moi, ça me file des insomnies. Et le seul moyen que mon Lui a trouvé pour calmer mes besoins vitaux de communiquer pleinement mes frustrations est celui-ci: Me crier parfois dessus. Une fois tous les six mois. Sinon, c'est carrément de l'abus de pouvoir. Faut pas pousser bobonne dans les orties, hein!

22:54 Écrit par Tout de bon! | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |