02/11/2010

Les femmes de ma vie.

Je pensais aux femmes qui ont parsemés mon petit bout de vie. J'aime dire petit bout de vie, ça fait dix ans que je dis petit bout de vie. Tant que les vieux vivent encore plus vieux, ma vie reste petite. Du bon dans l'évolution... Les femmes de ma famille, ma mom's en premier, ma grand-mère, celle que j'ai connue et l'autre, celle que l'on m'a racontée, ma tante K. Mes premières héroïnes. Mes amazones du quotidien, redoublant d'ingéniosité pour transformer la précarité et les secrets familiaux en grandes odyssées. Une moitié plantureuse et ronde, l'autre... ben... ronde et le torse peu bombé. Et moi, au milieu de tout cela, le juste milieu de tout ce bric à brac. 85 C. Au milieu, vous dis-je. Ensuite, mes premiers coups de cœur amicaux. En secondaire. Mon Emilie, m'annonçant son homosexualité dans les toilettes, pendant la pause... Avec les premières amies, les premiers délires, les mecs, les joints, le cul... pfff... Malgré les pétasses insupportables à se coltiner pendant six ans, de trop bons souvenirs de cette époque. Un peu plus tard, la Valou, coup de foudre intellectuel. Les vieux greniers des maisons inhabitées, la récup, les secondes mains de fringues, le théâtre, la littérature, la musique, les mecs qui comptent et te font grandir... Et puis, le grand départ vers Bruxelles. Qui a malheureusement mis fin a de belles histoires d'amies. Les chemins empruntés bien opposés, les études enthousiasmantes et le boulot pour les payer m'ont éloignées de certaines d'entre elles. Sans amertume aucune. Pas dit qu'on se retrouvera pas... avec l'ironie de la vie, ne rien considérer comme acquis ou définitif. Et là, le choc. Doudou. L'apothéose. Le double. Quand tu oses même pas dire ma meilleure amie, de peur que ça t'apporte la chkoumoune! Tomber en amitié, c'est pire que tomber en amour. Persuadée que je suis que nous pouvons tomber en amour à plusieurs reprises. Mais l'amitié. Quand tu tombes sur la personne qui accepte qui tu es et ce que tu veux être... Putain, il faut pas la lâcher. Je l'ai pas lâchée la Doudou, mais elle est partie. Elle va peut-être revenir. Mais comme elle est complètement dingue, un peu comme moi, rien n'est sûr! Va t'en savoir. Tous les moments partagés, les crises comme les fous rires, les remises en question de la vingtaine, elle a toujours été là. Infaillible. Une vraie pro. Les soirées thé... oui, c'est pas un mythe, nous les filles, on boit du thé en fumant des clopes sans voir la nuit tomber. Le coaching du non appel passé en cas de rupture. Elle était là. Déménagement. Là. Emménagement. Idem. Mariage. Encore présente. A mon avis, j'attends de la retrouver pour faire un gosse. Ouais. Et puis, vases communicants aidant, les copines de mon 'Lui', les dingues du boulots, une belle chiée de folles. Qui prennent de plus en plus place dans mon petit cœur, malgré que je pensais qu'y en avait plus. Ben si. Y en a encore. Que des femmes merveilleuses, toutes un peu barjes, qui chaque jour, par le souvenir ou par leur présence, me permettent de ne pas trop me perdre dans la superficialité du quotidien... Merci les girls de faire partie de l'aventure. Avant, maintenant et demain.

20:37 Écrit par Tout de bon! | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Wouaw ! Il est vraiment beau çui-là ! On voit qu't'as travaillé ton écriture ! Continue comme ça belle ! C'est beau ! Bises

Écrit par : N | 08/11/2010

Wouaw ! Il est vraiment beau çui-là ! On voit qu't'as travaillé ton écriture ! Continue comme ça belle ! C'est beau ! Bises

Écrit par : N | 08/11/2010

Superbe texte;-)

Écrit par : zaza | 14/08/2012

Les commentaires sont fermés.