20/07/2010

Histoire de toit plat.

Foutu toit en roofing ou je sais pas trop quelle matière ultra polluante. Qui isole que dalle. Impression tenace de passer la journée dans une forêt tropicale. C’est pas possible de laisser les gens travailler par un temps pareil. Te jure. Le ventilateur placé droit devant ma gueule me fait juste pleurer… des yeux. Il déplace bêtement l’air chaud. Chinois à la con. Font que fabriquer des trucs à la con. Bon, au moins, aujourd’hui, je travaille avec mes lunettes sur le nez, pour profiter du faux courant d’air sans faire couler mon mascara. Une bonne chose. Je bois blindé d’eau et je fais même pas pipi. Peut-être que je suis en train de crever de l’intérieur. Le dysfonctionnement des reins étant un des premiers signes de ‘tu vas te retrouver dans une boîte dans pas longtemps’. Je vais, après la rédaction de cette stupide note, de ce pas, me forcer à pisser. Histoire de me rassurer. Hypocondriaque, moi. Nooonnn ! En plus, je suis seule dans mon bureau. Ma collègue a un nouveau taf. Je dois descendre d’un étage pour me plaindre. Cela demande un effort que je ne m’autorise qu’en cas de toute grande urgence. Genre, fumer une clope. Donc je ne me plains pas. Et j’écris juste pour vous faire chier vous, avec mes problèmes qui sont loin d’en être. J’imagine que vous aussi, lecteurs assidus et amoureux, vous souffrez de la chaleur. Mais t’inquiète. Je souffre plus, c’est pour cela que je me permets. Allez, les vilains…

18:35 Écrit par Tout de bon! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/07/2010

My girls...

Les vacances, c'est vraiment cool. Mon mec est gentil et j'en ai rien a battre s'il prononce son premier mot de la journée à 14H. M'en fous. Je suis en mode rien à foutre. Farniente and zo voort... Ouais. J'm'en fous presque quand il rigole pas à mes blagues drôles et graveleuses. Presque. Mais faut toujours que je rentre en communication avec mes copines. Qui, elles, parlent dès le réveil, même la nuit, rigolent à fond de mes bêtes jeux de mots et ne m'engueulent pas quand je dis 'casse les couilles'. Elles me manquent un peu en vacances, mes pétasses. Obligée je suis. Un tit coup de téléphone par ci, un tit sms con par là... peux pas résister. Ben ouais, bande de pétasses de premier choix. Avec vos maris possessifs et vos attachements sans fin à votre frigo (because courgette à portée de main en deux secondes chrono) et à votre pommeau de douche (pour la même raison que la courgette)... Pas de vacances entre poulettes. C'est nul. Voilà, j'balance. Vous êtes trop chiantes. D'abord, des courgettes, y en a partout. Et à l'étranger, y a des courgettes qui ressemblent de loin à de musclés beaux gosses. Se serait une évolution de la société si, par le pur hasard de la levrette, vous passiez en mode « j'me décoince », m'éclate à Bora Bora et trouve le père de mes enfants au retour... parce que je m'suis tapée une bête de sexe en vacances. Ça arrive des trucs comme ça. Aux filles célibataires qui partent en vacances. Te jure, demande à l'autre. Bon. Ensuite, le mari jaloux. Là. Je passe la main, donne ma langue aux chats noirs et gris, jette l'éponge et ma culotte. Moi, je suis pour la fausse lettre du boulot, présence obligatoire à un team biulding sous le soleil, avec comme possible conséquence de non-participation, un licenciement. Mon Lui peut faire des fausses lettres. Ouais. Il parle pas, mais il fait des fausses lettres. J'ai chopé le gros lot. Avec des stratagèmes stratégiques de ce genre, y a moyen qu'on fasse une virée poule de luxe d'ici 2015. Non? Tu penses? J'vais mourru.... Vous allez me manquer... et à cause de ce billet, fort possible que mon Lui m'interdise, à son tour, un quelconque voyage en mode Thelma et Louise... pffff... A quoi je renonce pour vous taper la honte... Ahahahaha... rire gras et diabolique!

21:45 Écrit par Tout de bon! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/07/2010

Pluche au pays des merveilles

Entre deux barbecues, assise dans mon super divan Ikéa devant une émission de cuisine... Salade verte cerfeuil, aneth et fleurs … j'essaie de comprendre quelque chose à la nouvelle « plate-forme » de mon blog. Bon. M'en demande pas plus, je suis déjà larguée pour te fournir plus d'explications. Du coup, un appel vers mon pote geek qui connaît bien les codes Htmachin et Cssaloperie... En vue de la création d'une personnalisation personnalisée et artistique de ma page. Affaire à suivre. A suivre plus tard, car là, je dois filer sous la douche, barbecue 1 à 13H tapante. Et je dois encore réveiller 'Lui' qui dort profondément au bout du couloir. M'est d'avis qu'on va encore être en retard! Je ne sais pas quelles paires de chaussures mettre...Et vu les doubles journées que je viens de me taper, à savoir, coordinatrice le jour puis éclairagiste au Bota sur une résidence d'artiste le soir... y m'faut , au minimum, quinze minutes pour travailler avec mon anti-cernes à me faire une gueule de fille pas fatiguée... Je file, je cours, je bois un café, fume une clope, réfléchis à ce que je vais mettre.... Putain, j'suis à la bourre!!!!!!! A pluche!

12:12 Écrit par Tout de bon! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/07/2010

it's jungle!

Y se passe un truc effrayant, de mon point de vue, et délirant, pour les gens normalement équilibrés, constitués, psychologiquement stables…. T’explique. Sache d’abord, à la base, je ne suis pas une fille des villes. Non. Je viens de la campagne moi, Monsieur. Savais monter à canasson avant de marcher, bon-papa maréchal-ferrant, on bouffait ce qui se trouvait dans le jardin… Mais. Ben oui, évidemment, tu m’as prise pour une Martine. Névrosée comme je suis. Impossible. Donc, mais. J’ai, malgré tout, super peur des araignées, des cafards, des trucs bizarres en général. Ma peur et moi avons, tant bien que mal, cohabité durant ces longues années… Puis, le débarquement à Bruxelles à la vingtaine a passablement limité le nombre de rencontres avec mes amis à pattes… Limité. Pas annihilé. Maman ne se déplaçant dans la capitale que pour les urgences. Ai vite compris qu’une araignée dans la salle de bain n’en était pas une ! Mère indigne. Faut que je te dise, aussi, que j’arrive pas à les tuer. Non. Ma maman, elle, elle les prends en main et les fout dehors. Surréaliste. J’y arrive pas. Alors, j’ai déjà, par le passé, squatté la chambre d’une copine pour cause d’insectes en accueil à la maison. Genre dans le cas d’une très grosse araignée. Parce que bon, les petites, je gère. Je les laisse passer leur chemin. Aujourd’hui, je suis, genre, carrément grande. Ben oui, 31 ans, des cheveux blancs, un boulot,… Un appart sur une grande avenue, avec des voitures qui roulent, roulent,… de la pollution, du bruit, peu d’arbres… Un milieu carrément hostile pour qu’un insecte quelconque décide d’y établir domicile. Tout a fait. Car tous les insectes du boulevard trouvent le dit boulevard nul à chier, trop cher et trop bruyant. Et ont élus domicile… dans mon appartement. Te jure. Une chiée d’araignées, des grands moutiques qui piquent même pas,une mite… un papillon de nuit, et, une sauterelle hier. J’ai jamais eu autant de copains qui me font hurler de ma vie dans un appart si mal situé, question verdure… Te re jure. Du véridique de la vérité vraie. Mais comment ils font pour pas se faire écraser en traversant la rue. Même moi je flippe. Donc voilà, mes nouveaux potes et moi, on s’évite gentiment, je fais des détours pour pas me retrouver près d’eux, bougent quand ils bougent,… c’est fatiguant. Je fais des yeux de pleureuse à mon Lui pour qu’il intervienne. En vain. Il me trouve ridicule. Moi aussi, je me trouve ridicule. Mais c’est plus fort que moi. Y avait moins de bestioles dans la maison familiale au Maroc, et pourtant, c’est un de ces bleds…  Je suis jamais au bon endroit au bon moment.

18:08 Écrit par Tout de bon! | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

09/07/2010

Pause syndicale.

J’suis en grève générale les vilains. Me dit que l’hiver arrivera bien assez rapidement, me gèlera suffisamment le bout du nez, pour rester polie, et que ultra méga super vite, je devrai me protéger des agressions météorologiques avec une doudoune moche mais qui, toutefois, ne me rend pas trop grosse. Alors, ouais, je suis en grève. Je disposerai d’assez de temps, quand il fera merdique dehors, pour vous écrire  des trucs. Là, je bois des verres. Je vais au resto. Je sors mes neveux et mes nièces. Je déclare la guerre aux fringues pas repassées depuis l’été dernier. Et puis, je bois encore des verres en terrasses. Avec mes copines. Des apéros, des anniversaires à en chier. On est tous né en été. Genre, en vérité.

Des barbecues à volonté, des bébés qui naissent, des copines qui se marient, des potes qui se font larguer, des potes qui cherchent, des bouteilles de vodka à terminer et des compétitions de natation à remporter. Alors. Que veux-tu, avec un planning de cette envergure, et des journées de 24h… Je peux pas écrire. Il fait trop bon, je suis en mode lézard qui se la coule douce. En mode préparation des vacances, hé vas-y check la tente, la lampe de poche, le matelas, mes tongs, mes chaussons pour l’eau, le masque, le tuba… mon bikini…. Haaaahhhh putain. Trop bon de préparer le départ, les morceaux à télécharger pour l’ipod… rose…. Les derniers achats, l’itinéraire, ect… Enfin ! Te jure, les aurai bien méritées ces vacances ! Bon, mais je suis pas encore partie hein ! Alors je vais essayer de me la jouer ‘constante’ et de poster encore quelques billets avant de profiter de l’eau fraîche des gorges du Verdon ! A pluche !

17:45 Écrit par Tout de bon! dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

01/07/2010

le temps des soldes

It’s time ! Enfin. Putain. Il était temps. Les soldes. Rien de tel pour compléter ta valise des vacances. Lecteur, tu conviendras que je me suis bien conduite. Plus d’achats compulsifs depuis avril. Un record ! Ah, non, zut, merde, crotte, ai acheté un sarouel dimanche. Soit, passons. Ca ne compte pas ! Puisque je te le dis, ne proteste pas, je suis de nature têtue. Ne me cherche pas, j’ai les pieds gonflés. Avec la moquette du bureau et les trente degrés ambiants, je gonfle du bas. L’impression de me transformer progressivement en éléphant. Pense investir dans une bassine équipée d’un système réfrigérant à planquer sous le bureau… c’est pas possible ! Mes pauvres petits petons ramassent grave. Mes orteils sont en grève de pliage des doigts de pieds, au garde à vous, all the day ! Je te file mes chaussures, oui, je dis bien toutes mes chaussures, contre un jet d’eau froide salvateur…Enfin, t’étonnes pas si je poste plus, m’est d’avis que je risque d’exploser d’ici peu. Le truc cool, des vacances, hormis les soldes, c’est les places de voitures ! La rue se vide, et on galère moins pour garer ‘Playmobil’. Malgré mes chevilles enflées comme si j’étais en cloque de 8 mois, alors que je suis juste pas enceinte… pourvu que ça dure ce temps ! Que je fasse le plein de terrasses, de quartier tranquille, de moiteur et de câlins transpirants ! Ce que j’aime l’été ! A pluche les fous !

17:45 Écrit par Tout de bon! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |