20/07/2010

Histoire de toit plat.

Foutu toit en roofing ou je sais pas trop quelle matière ultra polluante. Qui isole que dalle. Impression tenace de passer la journée dans une forêt tropicale. C’est pas possible de laisser les gens travailler par un temps pareil. Te jure. Le ventilateur placé droit devant ma gueule me fait juste pleurer… des yeux. Il déplace bêtement l’air chaud. Chinois à la con. Font que fabriquer des trucs à la con. Bon, au moins, aujourd’hui, je travaille avec mes lunettes sur le nez, pour profiter du faux courant d’air sans faire couler mon mascara. Une bonne chose. Je bois blindé d’eau et je fais même pas pipi. Peut-être que je suis en train de crever de l’intérieur. Le dysfonctionnement des reins étant un des premiers signes de ‘tu vas te retrouver dans une boîte dans pas longtemps’. Je vais, après la rédaction de cette stupide note, de ce pas, me forcer à pisser. Histoire de me rassurer. Hypocondriaque, moi. Nooonnn ! En plus, je suis seule dans mon bureau. Ma collègue a un nouveau taf. Je dois descendre d’un étage pour me plaindre. Cela demande un effort que je ne m’autorise qu’en cas de toute grande urgence. Genre, fumer une clope. Donc je ne me plains pas. Et j’écris juste pour vous faire chier vous, avec mes problèmes qui sont loin d’en être. J’imagine que vous aussi, lecteurs assidus et amoureux, vous souffrez de la chaleur. Mais t’inquiète. Je souffre plus, c’est pour cela que je me permets. Allez, les vilains…

18:35 Écrit par Tout de bon! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.