29/03/2010

L’ascenseur !

Plus jamais, ô grand jamais, je ne foutrai un pied dans cet ascenseur. Au boulot. Je t’explique… Journée surréaliste… Des types réparent le toit. Jusque là, rien de très extravagant. Sauf que, deux heures plus tard, un de mes collègues se tape la crise d’asthme de l’année. En cause, les fumées occasionnées par les travaux. Plus moyen de bosser dans le stock. OK. La rénovation du toit bouffe toute notre électricité, les écrans d’ordi font des trucs bizarres. J’ai l’impression d’être l’héroïne d’un film japonais où la moindre goutte de pluie te glace le sang. Les écrans se mettent à pulser… Oui, comme un battement de coeur! Stressant. Trois d’entre eux rendent l’âme. Plus moyen de bosser… le serveur plante, les données sont cachées sur un truc passant inaccessible ! Oui, ne t’attends pas à des explications techniques précises. Je suis nulle en ordinateur. On se tape un petit Uno, en désespoir de cause. Là, il est à peine quinze heures. Te jure. Dans la cuisine, jeu de carte et complots ! Je perds. Oui. Bon, passons. Un détail. Les lampes commencent, elles aussi, à disjoncter… L’ambiance devient de plus en plus oppressante. Toujours pas de feu vert de la direction pour rentrer à la maison. Obligée d’attendre la fin de la journée… à rien faire. Glande intégrale. L’ascenseur est bloqué depuis le matin au rez-de-chaussée, mais d’un coup, s’enclenche en mode ‘je fonctionne à nouveau, viens mon petit’. Tu vois, un vrai film japonais. Ma collègue de l’accueil, qui à mon avis, n’a jamais regardé un thriller made in riz pâteux, se dit « Cool, je dois monter, prenons l’ascenseur ! »…. Et reste bloquée dedans. Car cet ignoble pervers métallique et mécanique l’a emprisonnée entre deux étages. S’ajoute à cela l’alarme incendie. Tonitruante, qui te défonce les tympans. Moi, alarme incendie, je ne chipote pas, trop peur du feu, je chope mon sac, ma veste et me dirige vers la sortie. Alors, imagine la situation… Notre assistante de direction coincée dans la machine, les lampes qui ne cessent de clignoter, l’alarme qui gueule toute l’urgence, la journée perdue…. Pfffff…. C’te bordel ! Tous regroupés sur le trottoir… Avec les garçons qui se battent pour sortir notre blonde de la cage ! On appelle le service maintenance… « On peut pas venir avant deux heures…. » Mais oui, Monsieur, un secrétaire à l’étouffée, ça te dit ? Deux heures. Genre. Après vingt minutes, on libère la belle… Merci les mecs, vous êtes trop des supers héros. Maintenant, nous, les filles de la boîte, on se liquéfie quand on vous dit bonjour… A vous quatre, vous êtes devenus l’Homme idéal ! Alors après cette journée, qu’on ne vienne pas me dire que bosser dans l’administration, c’est sans risques, hein ! Te jure. Aurais pu crever électrocutée en appuyant sur Enter ! Ah, oui, pour infos, y a pas eu le feu…. Fausse alerte. Mais bon !

17:15 Écrit par Tout de bon! dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

mon dieu ! mais c'est dangereux de bosser chez toi !!!
faut te préserver hein !!!!

Écrit par : salade de fruits | 29/03/2010

T'as vu.... hein! Sérieusement, à quand la prime de risque.... A tout bientôt!

Écrit par : pluche | 29/03/2010

Dit ça va Lara Croft miniature...dangereux l'administration! Non mais je rêve.

Écrit par : izou | 12/04/2010

Les commentaires sont fermés.