24/02/2010

Chochote mais pas trop!

Ne plus jamais, ô grand jamais mater France 4 en début de nuit. Je suis tombée sur une émission, 'L'odyssée de la vie'. Laisse tomber, le documentaire sur un couple en attente de libération de bébé dans la vie, avec quelques complications, mais t'inquiète, tout se termine bien. Alors, en une heure, je suis passée par une chiée d'émotions...
La peur, j'ai vraiment manqué de tomber dans les pommes, seule dans mon salon, imagine que je me cogne,hein, ils sont cons sur France 4. Ben oui, rapport à l'immense aiguille qu'ils utilisent... Je flippe grave des aiguilles, j'ai eu un de ces coups de chaud. Touchée et émue par cette future maman à l'accent espagnol, j'adore les femmes à la voix rauque et à l'accent du sud. Puis en larmes, à l'accouchement, avant que la petite pointe le bout de sa frimousse, la maman restait digne, malgré la douleur, puis une fois la petite extraite... pas très poétique, mais vraiment, c'est le seul mot, avec expulsion, qui me vient, la voilà qui craque et qui pleure, la jeune maman. Alors, qu'est-ce qu'elle fait Pluche... Ben elle pleure aussi.....pfffff. Donc, j'ai eu peur, j'ai ri, j'ai admiré le self control, puis j'ai chialé. Voilà. Le naufrage du Titanic, avec Leonardo et les millions dépensés, m'a laissé de marbre, mais la naissance de Julia sur France 4.... Moi, je me demande, si, un jour, j'ai la chance de tomber enceinte, d'ici là, auront-ils trouver une technique pour que j'accouche sous anesthésie totale? Parce que les aiguilles et la vue du sang, je sais pas trop si je vais gérer, et, imagine, que je me refasse une deuxième pneumothorax spontané en plein travail, hein? Pa sérieux tout cela! Ben oui, le premier, je repassais une chemise...waouw, l'effort de dingue, et pchhhht trou dans le poumon, alors, le 'poussez, bloquez madame'... je sais pas trop? Enfin, en pensant à cet épisode respiratoire, j'ai quand même super bien géré mon drain thoracique, complètement explosée que j'étais avec une moitié de thémestat que m'a filé l'infirmière... histoire que j'arrête de pleurer... Allez, vu que je dors pas, je t'explique... Je ressens une douleur dans l'épaule. Me dit, fais chier cette épaule, continue à repasser... La douleur s'intensifie, en après-midi, j'ai des difficultés à respirer. Et là, moi qui vais rarement chez le toubib, je téléphone à un taxi, direction les urgences. Je ne préviens évidemment personne, me dis, ils vont me faire une petite radio, m'immobiliser l'épaule et basta. On m'examine. Direct ils me font un truc pour le cœur. Le stress monte. Résultat négatif, mon cœur va bien. Ils me filent un dafalgan, et hop, ça fait moins mal. A l'aise me dis-je... ouais ouais... résultat de la radio... Pneumothorax spontané. Genre, je me suis percée le poumon toute seule, comme une grande fille, sans choc, sans accident de voiture, en repassant une chemise. C'est à ce moment que je commence à trembler de la lèvre inférieure. Me dis: 'Putain, même pas trente ans et me v'la à l'hosto avec un tout petit poumon....Chienne de vie... J'vais crever... putain, merde, fais chier.'
D'autant que l'année m'avait pas épargnée au niveau de la santé. J'avais l'impression de payer cher les quelques excès de la vingtaine, de ne plus être à l'écoute de mon corps. 'On va vous opérer tout de suite'.... Là, le tremblement se métamorphose en crise d'angoisse...je voulais partir, avec mon petit poumon inutile et percé. D'abord, personne ne sait que je suis aux urgences, ensuite, mon mec n'est pas là, et, comble de l'absurde, où est ma maman!!!!! C'est à ce moment précis que l'infirmière m'a filé un calmant... Et autant te dire qu'il m'a bien calmée.... J'étais complètement shootée. On préviens Lui...qui aurait bien eu besoin de sa petite pilule aussi...Il était blanc, moi, cool, mais d'une coolitude que peu de gens me connaisse. Détendue au maximum de la détente! Le chirurgien se pointe, je dis à Lui: 'Lui, je te présente mon chirurgien', ou un truc débile dans le genre. Et hop, on me monte au bloc. Froid, chrome et bien rangé. Bon, je te passe les détails, parce que là, j'ai pas pris de calmant.... Il m'a fait un trou entre deux cotes, m'a fourré un tube pour aspirer l'air. Et j'ai rien senti. Rien du tout. J'étais trop défoncée. Même pas mal. Les trois jours suivants, j'ai dégusté. D'une force. Laisse tomber. Puis on m'a enlever ce putain de drain, et la rebelote, même pas mal. Alors que l'opération s'avérait douloureuse. Que dalle. La libération. Mis à part que ce con de chirurgien a 'percé' pile poil à l'endroit du soutien-gorge....Sinon, maintenant, ça va bien. Donc, peut-être que je survivrai à un accouchement dans les règles de l'art. Qui sait. Je m'étonne parfois.

02:52 Écrit par Tout de bon! dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

ben ma vieille quelle histoire :0 je suppose que t'es pas du style à passer sous une échelle un vendredi 13 après avoir vu un chat noir...?
sinon...évite hein !!
:))
bizz

Écrit par : salade de fruits | 24/02/2010

Ben écoute, non, je ne fais pas trop gaffe aux échelles ect... mais, après reflexion... Non, Tout va bien, c'était il y a presque deux ans, et maintenant, je pète la forme!!!! C'était juste une bonne année merdique!
A pluche!

Écrit par : pluche | 24/02/2010

chalu pluche bon w-e à pluche

Écrit par : salade de fruits | 27/02/2010

Les commentaires sont fermés.