10/02/2010

La grande dame.

Suis toujours la première à me définir comme une folle, une dingue… mais je peux te dire, aujourd’hui, j’ai croisé un ami, qui lui, sombre réellement dans la folie. Et rien de comparable à cet esprit fantasque qui me caractérise. Ca, c’est de la folie douce… de la gnognote. Mon pote, il a l’éclair dans les yeux. J’avais envie de le prendre dans mes bras et de le serrer fort. Putain, il a glissé ‘marteau’ en trois semaines. Depuis que son médecin l’a foutu sous anti-dépresseurs, je le trouve encore plus  déjanté. A vrai dire, je préférais quand il gueulait à tout va. Là, plus rien ne sort, t’as l’impression que le type, il va imploser… calmement. Waouw. Il y a quelques années, je bossais dans un bar. Tous les matins, vers 11heures, une femme s’asseyait à la table deux et commandait un café noir un sucre… Sa tête me disait quelque chose, et de fait, elle était la réalisatrice d’un documentaire primé lors d’un Festival. Genre une grande artiste, avec une vision du monde et des trucs à dire et à défendre. Une grande dame. Enfin, pour moi, c’était vraiment une grande dame. Elle maîtrisait bien l’image, elle avait une façon, à elle, de regarder le monde qui me parlait à moi. J’arrive pas trop à causer aux gens pour qui je ressens de l’admiration. Donc, j’ai rien changé : ‘Bonjour, café noir sucre… ok je vous l’apporte…’ Voilà. Point barre. J’allais pas lui déballer ma vie… t’sais grande dame, moi, j’ai fait une école de cinéma et de théâtre et je suis trop fan de ce que tu fais… Non, pas mon genre. Un jour, elle a arrêté de venir. Me suis dit, cool, elle tourne un truc…. Canon. L’absence s’est prolongée. Plus de grande dame. Je suis partie à l’étranger. De retour au taf, une des serveuses me dit : ‘tu vois l’autre dingue de la deux… Euh non, il y a la dingue de la six, mais y a jamais eu de dingues à la deux’…..’Mais si, l’autre là, qui fait des films muets… avec des acteurs pas doués…Ah oui, la grande dame… dingue, comment ça…’ Et bien , figure –toi que la grande dame ne tournait pas un autre chapitre de son œuvre, non, la grande dame a sombré doucement ailleurs, là où on ne veut pas rester. Elle y a pris goût, a perdu son appart, perdu sa crédibilité, perdu sa thune, perdu tout. La grande dame a évolué ‘marteau’. Elle arrivait dans le café et nous insultait, elle vidait les verres des clients attablés… moi, je pouvais pas la virer. Putain, c’était la grande dame quand même. Mais d’autres s’en sont chargés. Elle passait devant l’établissement et nous faisait des grands ‘Fuck’,je me disais, ‘tain, même dans la démence, elle a trop la classe. Me suis dit, ça peut m’arriver, à moi aussi. Suis tellement borderline. Imagine un jour, mon sourcil reste bloqué en position ‘trouble’… Hein? C’est possible. J’avais toujours autant d’admiration, mais aussi beaucoup d’affection pour cette grande dame. Deux, trois ans plus tard. Elle est rentrée dans le bar. C’était une nouvelle équipe. Personne ne la connaissait sauf moi. Son regard était posé, calme, y avait à nouveau la grandeur. Elle s’est installée sur un tabouret au bar, a commandé un café noir un sucre et m’a dit : ‘Bonjour Pluche, ça fait un bail…’ Elle connait mon nom!!!! Ma grande dame était de retour. Elle a tourné des documentaires magnifiques, a remonté la pente… J’espère que pour mon pote, se sera aussi un court instant. Un rituel, un passage vers un mieux…

17:45 Écrit par Tout de bon! dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Ecris nous encore plus please... c'est mieux que mon bouquin du moment!

Écrit par : Vicky | 10/02/2010

Tu lis pas de bouquins... t'écoute des tubes des 90's et ça te prends tout ton temps!!!!!!!!

Biz............

Écrit par : pluche | 11/02/2010

euh on peut danser dans la voiture de vicky demain si non je vais aussi tourner marteau ...

blondine

Écrit par : sé | 11/02/2010

Les commentaires sont fermés.