12/01/2010

Ce que j'en ai fait...

Avec la sortie du film Mr Nobody, Jaco le belge met en scène ce terrible acteur Jared Leto, encore un chouia méconnu, mais grave acteur. En plus, vraiment beau gosse grrrr ! Donc, me voilà en train de cogiter sur « les choix ». Ben oui, ai pas vraiment été attentive au teaser du film, subjuguée par les yeux magnifiques de Jared… Mais me semble que ça parle de ça. Si tel n’est pas le cas, on s’en fout, de toute façon, j’ai cogité… Ca m’a empêché de bosser, ne vais pas rien en faire de cet effort… Je précise que je me suis replongée dans la belle philosophie de Monsieur Deleuze et sa vision de l’acte créatif… te jure, suis vraiment maso… Ceci explique cela, je cogite pour comprendre le philosophe, et je cogite sur le moindre truc qu’il m’arrive. C’est la fête à la maison, je suis hilarante pour le moment…. Avec mon fluo rose et mon Deleuze sous le bras. Ajoute à cela le dico à portée de main et les lunettes sur le pif. Oui, dans le dico, c’est écrit petit. Donc, je me dis, que serait ma vie si j’avais vécu toutes les possibilités. Si je n’avais fermé aucune porte, pris tous les chemins. Alors là, quand tu formules ce genre de truc et que ton imagination est, en règle normale, ingérable, autant te dire que ça file dans tous les sens… Je vais vous épargner les multiples destinées que j’aurais pu vivre. Mais bon, à l’adolescence, je voulais partir en Allemagne, épouser mon premier amour, devenir écrivain, faire du théâtre, avoir une maison, des enfants, être belle jusqu’à quarante ans minimum, ne plus avoir de famille( ils étaient vraiment oppressants à l'époque...), être riche…. J’ai donc projettés toutes ces possibilités dans l'espace, en ai fait un beau mic-mac, sorti la baguette magique de l’imaginaire fertile et hop ! Résultat :peu concluant. J’ai l’impression que je me serais quand même retrouvée avec mon Lui… que je serais toujours insatisfaite du taf du moment, quel qu'il soit, sans cesse à rêver d’une autre nouveau projet complètement enthousiasmant… enfin, j’aurais pu prendre toutes les fenêtres, chemins, conduits au possible, je serais pareille à moi. Dingue, en train d’écrire et de lire Deleuze. Là, je vous avoue être sous le choc de cette destinée….Remarque, si à la fin de l’enfance, j’avais vraiment buter mon père… là, je peux te dire, qu’au bout du tunnel, je ne me vois pas avec mon pote le penseur et mon ordi blanc… Faut donc remonter bien loin dans les choix posés pour changer tout ce bordel. Ecoute, de savoir que  mes batailles et névroses adolescentes n’étaient qu’une illusion du libre arbitre, que la décision du changement devait être prise bien avant… ça me cloue le cul. Je  vais continuer à réfléchir… je suis perturbée là. Peut-être que je devrais interpréter cela comme une presque  concrétisation de mes envies de devenir...  En définitive, pleins de gens ne cessent de me répéter 'T'as pas changé, tu râles toujours autant, t'es toujours une guérrière, une folle... mais t'es plus rousse????' Je vais arrêter Deleuze et les films. C'est promis, demain, je me reprends en main!

18:13 Écrit par Tout de bon! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.