29/12/2009

Mimosa et ses ciseaux.

Ma coiffeuse s'appelle Mimosa. Exotique, non? Elle est belle, je la trouve belle. On se voit tous les six mois, plus ou moins...Mimosa se joue de moi. Elle coupe trop court. Si la féminité est proportionnelle à la longueur des cheveux, elle est responsable, tout au moins, de ma grossièreté. Ben oui, je remarque que ma gentillesse augmente au même rythme que mes cheveux poussent. Donc, on peut facilement en déduire que ce côté 'camionneur gras et vulgaire' est provoqué par la perte de ma longueur, victime des ciseaux fins et brillants de Mimosa. Pourtant, j'y retourne à chaque fois. Je suis accro à Mimosa. Comme aux chips Ketchup, à mon mec, au parfum White Musc et For Her de Narcisso Rodriguez, mais aussi aux plans foireux, à Seinfields et Sex and the city, à la mousse au chocolat de ma mamy, aux boulettes sauce tomate de ma maman, au sourire de ma nièce, à la vodka, au chlore de la piscine, au pénis de mon mec, aux blagues sur les blondes (et je suis blonde hein, moi j'ai le droit d'être fan!), aux insomnies, au violon et à tous ces choses, ces personnes …. J'ai un gros problème avec l'addiction, je suis extrême et pose difficilement les limites du raisonnable... J'ai réussi à arrêter d'acheter des trucs Miss Kitty.... mais j'arrive pas à arrêter Mimosa. Je l'avertis toujours: « Le strict nécessaire, Mimosa, ni plus ni moins... » Elle opine toujours de la tête d'un mouvement, qui, dans nos codes, signifie la compréhension du message et son acceptation. Oui. Mais je me retrouve toujours avec dix à quinze bons centimètres de trop peu de blondeur. Et une augmentation proportionnelle du nombre de 'Putain' lâché au cours de la journée. Voilà une bonne situation à traiter avec ma psy 'qui a des trop belles chaussures et qui est petite comme moi'... on sent que je suis un peu accro à ma psy aussi, non? Comment arrêter Mimosa? Te jure, la vie d'une fille de l'an trois mille, c'est pas une partie de plaisir!

17:48 Écrit par Tout de bon! dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.